Page d accueil

Spécialiste des nouvelles & commentaires

Hier, matinée avec la Fondation Abbé Pierre qui a réuni à La Défense des milliers de personnes pour une journée sur l'état du mal-logement en...

Hier, matinée avec la Fondation Abbé Pierre qui a réuni à La Défense des milliers de personnes pour une journée sur l'état du mal-logement en France. J'ai été impressionnée par la qualité des interventions et des reportages projetés. Les mesures gouvernementales, comme la baisse des APL ou la réduction drastique des moyens pour le logement social, ont été pointées du doigt, à si juste titre.
La réalité chiffrée qui atteste d'une précarité croissante et de l'accès de plus en plus difficile à un logement digne était appuyée par des récits de vie poignants. J'ai sans cesse pensé à toutes les personnes que je reçois depuis des années dans mes permanences d'élue, à tous ces témoignages de situations de détresse auxquels les pouvoirs publics ne savent pas donner de réponse satisfaisante. Dans une puissance économique comme la nôtre, il est insupportable que tant de gens vivent dans des endroits si exigus, si insalubres, si peu conformes à leurs besoins vitaux.
Le focus cette année était mis par la Fondation Abbé Pierre sur le surpeuplement, c'est-à-dire les logements trop petits pour être adaptés aux familles qui y vivent. Le recul est net dans les milieux populaires, car les catégories aisées ne sont pas touchées par ce problème qui remet en cause l'intimité, qui rend souvent infernale la vie de famille, qui empêche bien des enfants et des jeunes de faire correctement leurs devoirs.
Au cours du débat avec la salle, j'ai été frappée par le témoignage alarmant d'une assistante sociale de la Seine-Saint-Denis. Elle déplore la situation dans laquelle elle se trouve : dans l'incapacité de faire son travail correctement. "On laisse les enfants partir dormir dans la rue". "On attend pendant trois heures au téléphone que le 115 réponde". "On n'a pas de réponses à nos courriers".
Un projet de loi sera bientôt soumis par le gouvernement au Parlement sur le logement. Nous leur tiendrons la dragée haute !
13/02/2018

Envoyer commentaire

Votre nom et prénom *

Email *

Votre avis *

Nouvelles connexes